masque-casque


Numéro d'inventaire
2013.01.77
Autres noms de l’objet
akam; masque-coiffe
Culture
bamiléké ?
Lieux liés
Afrique (Origine)
Afrique ➔ Cameroun (Origine)
Afrique ➔ Cameroun (Origine)
Date de production de l’objet
Période
4e quart du 20e siècle; 1er quart du XXIe siècle
Matériaux
bois • fibre végétale, raffia ? • fibre végétale • écorce ? • fibre • verre • enduit • adhésif ?
Dimensions
H. 40 cm x l. 27 cm x P. 24 cm
Description
Masque-casque anthropomorphe en bois sculpté et perlé, représentant un visage masculin aux traits exagérés (yeux exorbités, nez et bouche exagérés par rapport au front et aux joues). Coiffure et barbe en fibres végétales tressées (raffia ?). Visage recouvert d’une pièce de tissu (collée ?) entièrement perlée, à motifs concentriques et symétriques de bandes bleues foncées, rouge et bleu clair. Ligne médiane du nez, oreilles et mentons rehaussés de perles blanches. Dépôts terreux sur l’ensemble des perles. Dessus de la lèvre supérieure ornés de fragments de petits disques bruns perforés. Pièce de vannerie circulaire servant de coiffe fixée sous le masque.
Commentaires
Achat par le Dr. Dansereau, possiblement entre 2001 et 2011. Le style de ce masque rappelle celui des chefferies des Hauts-Plateaux du nord-ouest de la région du Grassland, au Cameroun ( Kom, Babanki, Békom...). Il s’apparente par son réalisme stylisé aux masques akam, mais s’en distingue par sa couverture perlée. En effet, si les perles, symboles de richesse, sont bien utilisées pour recouvrir certains masques animaliers ainsi que de nombreuses sculptures et objets de prestige des fons (rois de chefferie) de la région des Grassland du Cameroun, les masques anthropomorphes en revanche, sont généralement peu ornés, à l’exception de cauris (et parfois d’autres éléments) dans la chevelure et la barbe. Les versions à visage entièrement perlé ont possiblement été développées pour le marché du tourisme et le marché de l’art occidental. En effet, ces objets apparaissent en général dans les circuits de vente à prix modiques, sous des attributions de provenance des divers groupes du Grassand (Bamiléké, Bamoum ou Tikar) et non dans les collections muséales ou les ventes aux enchères documentées.
Usage
Ce masque-casque probablement destiné au marché de l’art s’inspire des masques akam des chefferies du nord-ouest de la région du Grassland, au Cameroum. Il s’en distingue néanmoins par sa couverture perlée, normalement réservée à d’autres types d’objets cérémoniels. Portés à angle sur la tête par les membres des sociétés coutumières masculines, les masques akam sortaient lors de processions ou de cérémonies, dont les funérailles de personnages importants.
Mention de source
Dansereau, Jacques
Veuillez noter que la base de données contient des données et des termes qui peuvent être désuets, inexacts et/ou incomplets. Nous travaillons à les mettre à jour. Si vous avez des questions ou des informations à propos d’un objet, n’hésitez pas à nous contacter.